Pendentif de W. J. Thomas en or, émaux, perles et cristal d’Essex.

Exceptionel pendentif en or (14k), orné d’un magnifique cristal d’Essex représentant un bouquet de roses auprès duquel volète un papillon. La monture, de style néo-Renaissance, est sertie d’une ligne de demi-perles fines, elle-même entourée de motifs émaillés. Au dos, un compartiment permettait d’insérer une photo ou une mèche de cheveux de l’être aimé.
Le bijoutier William James Thomas, auteur de ce pendentif, installé au 136 Oxford Street à Londres, était réputé pour la qualité de sa production. Il exposa en 1873 à Vienne, un pendentif similaire à celui-ci (le motif du cristal diffère, il s’agit ici d’un oiseau sur une branche). Ce pendentif exposé à Vienne est reproduit page 280 de l’ouvrage de référence du British Museum : Jewellery in the Age of Queen Victoria (2010). Le British Museum présente dans ses collection une paire de boucles d’oreille en cristal d’Essex par W. J. Thomas.
Poids : 26,8 grs
Angleterre, vers 1870

La technique du cristal dit d’Essex qui consiste à graver le sujet en creux à l’arrière d’un cabochon de cristal, puis à le peindre, toujours par l’arrière, avant de sertir le cristal dans la monture, afin de donner un effet saisissant de relief, est typiquement anglaise et fut à la mode spécialement entre 1860 et 1900. Le graveur Thomas Cook, de Clerkenwell, en fut, dit-on, l’initiateur. A l’Exposition de Londres de 1862, le joaillier Lambert and Co (10 Coventry Street, London) en exposa quelques pièces. Le nom de cristaux d’Essex qui leur est donné provient de celui de William Essex, un émailleur qui réalisa la peinture d’une grande quantité de ces cristaux. Voir les exemples du British Museum : H. Tait, The art of the jeweller, Catalogue of the Hull Grundy gift to the British Museum, 1984. ref. 818-821.