Camée représentant Marie Bonaparte, princesse de Grèce, par L. STAIGER.

Magnifique camée ovale, en onyx à deux couches, offrant un portrait en buste de profil à gauche de Marie Bonaparte d’une réalisation parfaite et plein de sensibilité et de pudeur. Il est sculpté en bas relief de son profil gauche, coiffée en auréole de cheveux ondulés, signé sous l'épaule du monogramme gravé « LS ». Le nom du glypticien est rajouté à la pointe sur le dos: L STAIG. Le camée est présenté dans une monture en vermeil avec anneau de suspension et petit pied articulé de présentation (4,7 x 3,5 cm).
France, vers 1910.

Marie Bonaparte (1882-1962) était une femme très attachante. Fille du prince Roland Bonaparte, petit-fils de Lucien Bonaparte, frère de l'Empereur, elle épousa en 1907 le prince Georges de Grèce et de Danemark. Elle fut l'une des pionnières de la psychanalyse en France, intime du psychologue Gustave Le Bon et traductrice de l'oeuvre de Sigmund Freud. Elle participa à la création de la première société de psychanalyse en France.

La maison Staiger «camées et lapidaireries» était établie aux 122-124 galerie de Valois au Palais Royal à Paris.

La provenance de ce camée est également illustre : il provient de la princesse Eugénie Laetitia Bonaparte (1872-1949), fille de Napoléon-Charles Bonaparte, petit-fils de Lucien Bonaparte, frère de l'Empereur; cousine de Marie Bonaparte; épouse de Léon Napoléon Louis Michel Ney (1870-1928), 4e prince de la Moskowa (1884); divorce en 1903 sans postérité. Par hérédité, Charles Jean Gabriel Aloÿs Ney (1873-1933), frère cadet du précédent, 5e duc d'Elchingen (1884) et 5e prince de la Moskowa (1928). Par descendance, les héritiers de Laetitia Germaine Marie Agnès Ney d'Elchingen (1940-2005), fille unique de Michel Georges Napoléon Ney d'Elchingen (1905-1969), 6e prince de la Moskowa (1933).